By Mathieu Champoux

Au Ministère des Armées, haro sur les détergents chimiques pour nettoyer les bateaux ! Afin de favoriser un nettoyage plus performant et durable de ses navires – et en finir avec les sols graisseux et les canalisations bouchées génératrices de mauvaises odeurs – l’acteur public mise sur la biotechnologie appliquée à l’hygiène. Une innovation écologique disponible à l’UGAP.

Navire Minarm

Des navires de la marine nationale plus propres et moins odorants ? Pour satisfaire un tel objectif stratégique tant sur le plan sanitaire que sécuritaire, le Ministère des Armées a décidé d’employer les grands moyens, et ce, en misant sur une innovation de taille : la biotechnologie appliquée à l’hygiène !

Sols graisseux dans les cuisines, carrelages marqués et usés, canalisations souvent engorgées, voire bouchées, remontées d’odeurs fréquentes dans les toilettes …, « alors que les produits d’entretien traditionnels utilisés pour nettoyer nos bateaux peinent à lever de tels hiatus en terme de propreté, nous avons choisi de tester pour la première fois des solutions de biotechnologie conçues par les Laboratoires Choisy et disponibles à l’UGAP via une expérience pilote d’une durée d’un mois », explique Christophe Piffeteau, référant innovation de la plate-forme du Commissariat de Brest.

Bactéries inoffensives

Effectuée fin 2018 sur le navire Premier maître l’her, l’expérience a ainsi mis en évidence l’efficacité de telles solutions 100 % naturelles faisant la part belle aux éléments du monde vivant (bactéries inoffensives et enzymes) pour mieux en découdre avec les dépôts de graisse et les mauvaises odeurs. « En effet, le bilan final s’avère très concluant, avec des notes entre 7 et 8 sur 10 en moyenne, attribuées par nos utilisateurs tant en terme de facilité de mise en oeuvre et d’utilisation que de précaution d’emploi et surtout de résultat après application », se félicite Christophe Piffeteau.

Ainsi, non seulement la biotechnologie appliquée à l’hygiène « rend les sols non glissants et non collants grâce à la désincrustation de tâches anciennes mais elle permet un désengorgement des canalisations tout en luttant contre l’accumulation de sels d’urée, désinhibant ainsi les fortes odeurs », détaille Christophe Piffeteau, tout en rappelant les atouts en terme de développement durable de ces produits bio innovants.

Lire l’article complet sur le site de L’Union des groupements d’achats publics (UGAP)