By Mathieu Champoux

Les techniques actuelles de buanderie suffisent à tuer le coronavirus – Conseillère en prévention des infections

L’essentiel pour le personnel : le port d’un équipement de protection individuelle (ÉPI) et de bonnes pratiques d’hygiène des mains

Source – Fontaine Sands

6 février 2020

RICHMOND, Kent. — Suite aux cas de coronavirus chinois détectés aux États-Unis, beaucoup de préposés à la buanderie peuvent ressentir de l’inquiétude et de l’incertitude quant aux précautions à prendre.

Les coronavirus sont une grande famille de virus couramment présents chez les animaux et dans l’environnement. Ce qui distingue ce coronavirus des autres est qu’il s’agit d’une nouvelle souche, appelée « nCoV-2019 », selon les Centres de contrôle et prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC).

Les nouveaux virus peuvent se propager rapidement et infecter un plus grand nombre d’hôtes, ceux-ci ne possédant pas l’immunité suffisante pour lutter contre la nouvelle souche. Selon les CDC, l’éclosion d’une nouvelle infection virale constitue toujours une question de santé publique, en particulier si le virus se propage rapidement et que la maladie est grave.

Le gouvernement américain et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont pris leurs dispositions afin d’anticiper la situation et déclaré une urgence de santé publique, ce qui autorise l’État à mettre en place des mesures visant à limiter la propagation et à éviter une autre pandémie internationale comme celle que nous avons connue en 2019-2010 avec l’éclosion du H1N1.

D’après les données publiées sur le site Web des CDC (le 3 février), on dénombre au total 260 cas en cours d’analyse aux États-Unis, mais seulement 11 cas ont été confirmés positifs pour le virus, 167 ont été déterminés négatifs et 82 sont toujours en attente de résultat. On s’attend à ce que ces statistiques évoluent chaque jour, à mesure de l’obtention des résultats des personnes sous surveillance.

Il est important de souligner que bien qu’il s’agisse d’une nouvelle souche avec un grand nombre de personnes tombant malades en Chine, le taux global de mortalité est actuellement faible, environ 2 %, et comparable au taux de mortalité associé à la grippe saisonnière.

PRÉCAUTIONS

Concernant le secteur de la buanderie, les CDC n’ont recommandé aucun changement dans le traitement habituel du linge. La norme actuelle relative à la durée, à la température et aux produits chimiques à respecter est censée tuer le virus.

Pour ce qui est du risque encouru par le personnel du côté du tri, ici aussi, les CDC n’ont émis aucune recommandation de changement dans les procédures de manipulation des textiles pour le moment. En principe, les virus ne survivent pas longtemps en dehors d’un hôte vivant, en particulier sur des surfaces poreuses comme les textiles, ce qui limite le risque d’exposition du personnel de buanderie qui manipule le linge dans les heures ou les jours qui suivent son utilisation.

Selon les CDC, le risque d’exposition au virus est plus important en cas de contact direct étroit de personne à personne qu’en cas de contact indirect avec des objets potentiellement contaminés. Étant donné que les préposés à la buanderie ne fournissent pas des soins directs aux patients malades, ils peuvent limiter le risque d’exposition associé à la manipulation de textiles contaminés en respectant les exigences relatives au port d’un ÉPI énoncées dans les normes de l’OSHA en matière d’exposition aux pathogènes à diffusion hématogène, ainsi qu’en suivant de bonnes pratiques d’hygiène des mains.

En vertu des pratiques actuelles de contrôle des infections, les buanderies doivent recourir à des précautions standard/universelles lors du traitement des textiles. Les pratiques normales de tri du linge hospitalier contaminé prévoient l’utilisation de gants et le lavage fréquent des mains, au minimum.

Le port d’une blouse, d’un masque et d’une protection oculaire est également à préconiser si le préposé à la buanderie craint les éclaboussures ou l’aérosolisation de micro-organismes. Tant que le personnel de buanderie respecte les précautions d’usage, le risque d’exposition sera nul ou très faible. 

RÉSUMÉ

Les nouveaux virus ont de l’importance du point de vue épidémiologique, car ils peuvent se propager rapidement et il faut du temps, des ressources et des actions rapides pour établir leur constitution génétique, instaurer des mesures de confinement et mettre au point des vaccins contre la maladie.

Le gouvernement américain et l’OMS ont tiré la sonnette d’alarme pour que l’ensemble des pays prennent les mesures nécessaires afin d’éviter la propagation du virus, le temps que l’on en apprenne plus sur ses propriétés génétiques et épidémiologiques. Cette déclaration d’état d’urgence ne doit pas pour autant provoquer la panique. Elle vise à faire prendre conscience à la population de la situation et à inciter chacun à prendre les mesures requises pour limiter la propagation de la maladie.

Les CDC mettent régulièrement à jour leur site Web et les buanderies peuvent suivre la situation à www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/index.html.

 

Guide pour contrer le Coronavirus

Télécharger